Créateurs de PowerPoint : constat de médiocrité sans appel pour son utilisation !

Robert Gaskins et Dennis Austin ont créé le logiciel de présentation multimedia PowerPoint (version 1.0, en 1987). Ils l’ont vendu un peu plus tard la même année à Microsoft.

Voici leurs commentaires sur l’utilisation pervertie de leur logiciel (Uch, ça fait très mal !) :

“ A lot of people in business have given up writing the documents. They just write the presentations, which are summaries without the detail, without the backup. A lot of people don’t like the intellectual rigor of actually doing the work. « 
— Robert Gaskins, lors d’un entretien avec le Wall Street Journal

“ Now grade-school children turn in book reports via PowerPoint. [The PowerPoint inventors] call that an abomination. Children, they emphatically agree, need to think and write in complete paragraphs. ”
— Lee Gomes, cité dans un article sur PowerPoint, paru dans le Wall Street Journal

Morale de l’histoire : beaucoup de temps, d’argent, d’énergie, mais aussi de qualité d’information partent en fumée chaque jour, par manque de connaissances sur la manière de bien utiliser le logiciel. Mais aussi par déni de réalité.

Prise de parole en public : les conseils les plus stupides entendus en formation (et ailleurs…), par des « pros » ou pas

En prise de parole en public, il se trouve toujours quelqu’un pour vous conseiller LE  » bon  » truc  » ou LA bonne technique pour mieux communiquer. Florilège non exhaustif des conseils stupides entendus en formation, en vidéos, ou encore lors de pots (vous remarquerez que toujours, ce qui bloque, c’est le  » Comment ? Concrètement ? « …

 » Quand vous avez le trac, il faut vous détendre ! « 
Merci, ça m’avance bien! Et comment, concrètement?
 » Soyez naturel ! « 
C’est-à-dire? Comme sur mon canapé en train de regarder un match de foot? Ca risque d’être beau!
 » Soyez vous même ! « 
Mais encore? Concrètement, je fais comment? Qui suis-je? Où vais-je?
 » Décroisez les bras ! « 
J’aimerais bien, mais comment? Mes bras reviennent toujours contre ma poitrine!
 » Si le public ou votre boss vous impressionnent, pensez à eux aux toilettes ! « 
Mais ça me déconcentre encore plus! Et je risque un lapsus !
 » Si vous avez la bouche sèche, mordez le bout de votre langue ! « 
Pardon ? Vous ne pensez pas que face au public j’ai autre chose à penser que jouer à ça ?

Affligeant! Pour des conseils solides, essayez plutôt : www.face-public.com/librairie/

Version 2016 et présentateurs inexpérimentés : attention, turbulences au décollage !

Attention aux transitions vers la version 2016 : risque de déstabilisation pour les présentateurs aux repères fragiles.

Certes, le logiciel est plutôt bien enrichi, avec de formidables nouvelles possiblités, et très adapté au nouvel environnement internet. En revanche, cette richesse de possibilités risque de faire perdre le cap de la présentation aux présentateurs occasionnels ou sans formation réelle.

Moralité: plus que jamais, il faut procéder par priorités et par modules dans l’apprentissage.

Quelle est votre valeur ajoutée en présentation ?

Dès que nous commençons à préparer une présentation, notre préoccupation doit-être : « Quelle est ma valeur ajoutée sur cette présentation ? ». « Qu’est ce qui me rend unique sur cette présentation ? ».

C’est cette valeur ajoutée qui justifie notre présence face à notre public. Si nous nous contentons de lire des slides approximatives, si nous ne faisons pas ressortir clairement un message, notre valeur ajoutée est nulle.

Notre valeur ajoutée peut-être, par exemple : un fond vu sous un angle nouveau, une actualisation de données, une solution inattendue, des conclusions tirées d’un ensemble de données, etc. Elle peut même être nous-même, notre personnalité, si nous présentons pour motiver.

Dans tous les cas, nous avons en tant que présentateur répondre précisément et clairement à cette question : « Quelle est ma valeur ajoutée sur cette présentation ? ».

>